L’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) a adopté une résolution soulignant qu’assurer la protection contre la violence fondée sur le genre à toutes les femmes doit être une priorité, « quel que soit leur statut ». La résolution était basée sur le rapport de Gisela Wurm (SOC,  Autriche). Dans son rapport Mme Wurm a souligné que malgré le fait que de nombreuses femmes et filles demandeuses d’asile ont été exposées à une violence fondée sur le genre, « la dimension de genre de la crise des réfugiés a été largement négligée » et que des mesures adéquates étaient absentes dans la plupart des pays membres du Conseil de l’Europe.

L’Assemblée a attiré l’attention sur le fait que la responsabilité d’aider et de protéger les femmes demandeuses d’asile et réfugiées ne se limite pas aux cas de violence perpétrée dans les pays de destination. Ces femmes « doivent recevoir une assistance adéquate pour surmonter le traumatisme qu’elles ont subi dans les pays d’origine ou de transit ». Cela signifie aussi la ratification « sans plus attendre », pour les États qui ne l’ont pas encore fait, des Conventions du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et sur la lutte contre la traite des êtres humains.