« ÉTIQUETER LES PERSONNES TRANSGENRES COMME MALADES DOIT CESSER AU NIVEAU INTERNATIONAL »

« ÉTIQUETER LES PERSONNES TRANSGENRES COMME MALADES DOIT CESSER AU NIVEAU INTERNATIONAL »

« Etre transgenre n’est pas une maladie et il est temps que, dans le monde entier, les normes médicales en témoignent » a affirmé Jonas Gunnarsson (Suède, SOC), rapporteur général de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) sur les droits des personnes LGBT, en vue de la Journée internationale d’action pour la dépathologisation trans (24 octobre).

« Malheureusement, il y a encore un très long chemin à parcourir pour éliminer la discrimination à l’égard des personnes transgenres en Europe et ailleurs » a-t-il observé. « Une mesure simple qui peut être prise pour mieux faire respecter leur dignité humaine consiste à modifier les classifications internationales et nationales des maladies de manière à garantir que les personnes transgenres, dont les enfants, ne seront plus considérées comme des malades mentaux ».

« J’exhorte les Etats membres du Conseil de l’Europe à prendre l’initiative de procéder à cette réforme au niveau national et à la promouvoir au niveau international, conformément à la Résolution pionnière 2048 (2015) de l’Assemblée sur la discrimination à l’encontre des personnes transgenres en Europe » a conclu le rapporteur.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.

- Pour en savoir plus
- Apprendre comment supprimer les cookies